Le besoin environnemental

 

  • Description du problème auquel le projet veut apporter une réponse

Alors que la production de déchets augmente de 1% chaque année, seuls 20% sont recyclés. Le coût de gestion de ces déchets ne cesse de croître, ainsi que les émissions de gaz à effet de serre liées à leur traitement.

Aujourd’hui, chaque Français jette 360 kg d’ordures par an, soit presque un kilo par jour, selon le Ministère de l’écologie. 80% de ces déchets, soit 290 kg, finissent en décharge ou sont incinérés, moyen peu écologique de les traiter. Certes, des progrès ont été réalisés depuis 10 ans avec la mise en place du tri sélectif et les rejets de dioxines par les incinérateurs ont été divisés par 6, entre 1995 et 2004. Mais le taux de recyclage (20%) reste très insuffisant.

  • Contexte : pourquoi est-ce un problème, quelles en sont les causes, quelle en est l’ampleur ?

La France court par ailleurs le risque de manquer d’installations de traitement des déchets (incinérateurs, centres de stockage…) en augmentation constante de 1% par an. De nombreux départements rencontrent des difficultés croissantes pour gérer leurs déchets, qui représentent un coût financier très lourd, assumé par les collectivités et les citoyens, via les impôts et les taxes locales. En France, 9 milliards d’euros ont été dépensés, en 2003, pour la gestion de tous les déchets dont 5,2 milliards par les collectivités, selon les chiffres de l’IFEN (Institut Français de l’Environnement).

  • Quelles en sont les causes ?

Les causes du problème se retrouvent dès la phase de conception du produit : création d’un objet de mode ou d’un gadget, suremballage et packaging incitant à la consommation.

En effet, l’augmentation du volume des déchets concerne également la responsabilité des industriels et des distributeurs, qui sont à l’origine de nombreux déchets imposés aux consommateurs -suremballages, portions individuelles, prospectus dans les boîtes aux lettres, etc- . La part des emballages non dégradables a en effet explosé : ils représentent aujourd’hui 50 % du volume des poubelles et 33 % de leur poids.

La durée de vie réduite du produit est aussi une cause du problème : il n’est plus réparable (obsolescence programmée, conçu avec plusieurs pièces soudés pour n’être pas réparable, défaut de pièces détachés, filière de réparation en difficulté, etc.).

Enfin, le produit en fin de vie ne suit pas le circuit spécifique susceptible de lui permette d’être recyclés (modalité de gestion des déchets, information du consommateur sur les modalités de tri, etc.).

A l’issue de la collecte, les déchets ménagers et assimilés subissent différents traitements qui dépendent des matériaux mais aussi de la manière dont ils ont été collectés. En 2011, le stockage en décharges et l’incinération restent des modes de traitement des déchets majoritaires en France. Ils représentent à eux deux 60% du traitement des déchets malgré la directive européenne « déchets » de 2008 qui hiérarchise les traitements et préconise en dernier recours l’incinération et le stockage.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.